Accueil > International > Actualités - Communiqués > Message de la Présidente de l’ICCJ pour Pessah et Pâques 2014

Message de la Présidente de l’ICCJ pour Pessah et Pâques 2014

Dr Deborah Weissman, présidente de l’ICCJ, 10 avril 2014

Au moment de prendre l’initiative de souhaiter à nos membres et amis une bonne et heureuse période de fêtes - cette année Pessah (Pâque juive) et les fêtes de Pâques pour les chrétiens orientaux et occidentaux coïncident - je réalise que c’est mon dernier message de ce type comme présidente de l’ICCJ.
En août, à Buenos Aires, après six ans, je vais cesser mes fonctions et quelqu’un d’autre va être élu. Je vais bien sûr continuer d’être impliquée comme présidente émérite, mais avec beaucoup moins de responsabilités.


Ce n’est pas l’endroit pour faire un résumé des six dernières années, mais elles ont été à coup sûr pleines de défis. Dans notre fascicule Document de Berlin. Un temps pour le réengagement j’avais écrit un article dont le titre est : "la route longue et cahoteuse" et je disais : " la route du dialogue judéo chrétien n’est pas seulement longue et sinueuse, elle est aussi pleine d’ornières……". En Deutéronome 12,9 il est dit "….vous n’êtes pas encore arrivés au lieu du repos et de votre héritage….". Nous ne pouvons réellement pas encore nous reposer de notre travail car nous avons encore trop de chemin à faire. Mais nous pouvons et nous devons nous arrêter au bord du chemin pour célébrer et reconnaître que nous venons de loin, pour être rajeunis et renouvelés. Le moment qui convient le mieux pour cela est la période prochaine de Pessah et Pâques. Les deux ont l’œuf comme symbole, les deux célèbrent la renaissance et le renouvellement, la libération. Les deux fêtes nous enseignent qu’il y a une possibilité de changement dans la vie de tout individu et de toute société. Qu’un peuple ait été asservi pendant des centaines d’années ne signifie pas qu’il ne puisse être libéré. Le défunt Rabbin David Hartman appelait Dieu "le Dieu des surprises". Ce qui est arrivé n’est pas pour toujours ce qui doit arriver. Dans notre document de mai dernier, nous citions Monseigneur Mounib Younan : " Aussi longtemps que nous croyons en un Dieu vivant, nous devons garder espoir. "

Dans la vie nous devons trouver un sain équilibre entre stabilité et tradition d’une part, et changement et transition de l’autre.

Je vous souhaite un temps qui soit à la fois tradition et renouveau.

Bien à vous

Debbie Weissman, Jérusalem, présidente de l’ICCJ

Texte original en anglais