Accueil > Menu > Les fêtes > Documentation > Judaïsme et christianisme > Fêtes juives > Mois de Tichri


Mois de Tichri


  • Roch haChana
  • Yom Kippour
  • Souccot
  • Sim’hat Tora
  • Les fêtes d’automne 5777

    L’année 5777 commence le 2 octobre au soir

    L’AJCF souhaite à tous ses amis juifs une bonne et douce année 5777 :

    CHANA TOVA !

    Puisse l’année qui s’achève emporter avec elle toutes ses malédictions !
    Puissiez-vous être mentionnés et inscrits dans le livre de vie, de bénédiction, de paix et de prospérité.
    Puissiez-vous jouir, vous et toute la maison d’Israël, d’une vie heureuse et paisible !

    Vous trouverez ici :
    - La carte de vœux à adresser à vos amis juifs, éditée par l’Église Catholique et la Fédération Protestante de France

    - Le bon de commande pour les cartes de vœux

    - Ci-dessous l’explication de la carte de vœux, une Proposition d’information pour les feuilles paroissiales ou autres médias, et pour la prise de parole aux annonces, ainsi qu’un rappel du sens de chacune des fêtes d’automne (textes rédigés par le SERVICE NATIONAL POUR LES RELATIONS AVEC LE JUDAÏSME de L’Église Catholique).

    Suite

    Chana tova !

    C’est ainsi que les juifs s’adressent en cette période de l’année, leurs vœux de bonne année. En effet, l’année hébraïque commence le 1er du mois de tichri, soit cette année le 2 octobre au coucher du soleil (année 5777).

    Suite

    Avant les jours redoutables...

    Chers amis, les lignes qui suivent ont été écrites par un membre éminent de notre Amitié Judéo-Chrétienne de France, bien connu de la plupart d’entre vous : Liliane Apotheker est 1ère vice-présidente de l’Amitié Judéo-Chrétienne internationale (ICCJ). Elle est juive et, à ce titre, bien plus autorisée que moi pour parler ainsi. La justesse de ses mots et l’exigence de justice et de vérité qu’ils expriment lui font et nous font honneur, comme ils font honneur, certainement, à tous nos amis juifs, bouleversés comme elle, et comme nous le sommes tous, lorsque la haine en vient à défigurer nos frères humains.

    Puisse la nouvelle année juive qui va bientôt s’ouvrir apporter un peu de douceur et de bonté dans notre monde !
    Et vous tous, amis juifs qui nous lisez, recevez les vœux chaleureux de Chana Tova que je vous transmets de la part de tous vos frères chrétiens de l’AJCF !
    Jacqueline Cuche
    Présidente de l’Amitié Judéo-Chrétienne de France

    Suite

    Les dix jours redoutables

    en hébreu ימים נוראים (yamim noraïm)

    Les dix jours entre Rosh Hashanah et Yom Kippour

    Suite

    Michel Remaud : Les fêtes juives d’automne

    Des informations sur les fêtes juives d’automne appelées aussi fêtes de tishri ( Rosh ha-shana, les « jours redoutables », Kippour, Succot, Shemini atséret et Simhat Tora) et quelques passages du Nouveau Testament où elles apparaissent.

    *********

    Le mois de tishri, considéré aujourd’hui comme le premier de l’année juive, est aussi celui qui est le plus riche en fêtes liturgiques ; richesse qu’il est très difficile de faire sentir en quelques lignes.

    Suite

    "À propos du pardon. Sur un contresens classique" par Michel Remaud

    Un article publié le vendredi 7 octobre 2011, début de la fête de Yom Kippour, sur le site Un Écho d’Israël aujourd’hui disparu.
    Michel Remaud explique avec précision et justesse comme toujours pourquoi certains chrétiens se trompent sur le sens du pardon chez les juifs.

    « Prétendre que les juifs, à la différence des chrétiens, seraient incapables de pardonner (affirmation particulièrement indécente après la Shoa) fait partie de ces innombrables contre-vérités qu’il faut perpétuellement réfuter. »

    Suite

    Ces jours dits redoutables

    Le début de l’année juive coïncide avec la rentrée, la fin de l’été et d’une certaine insouciance, de l’évasion qu’il représente que l’on ait réellement voyagé ou pas.

    Roch Hachanah littéralement « la tête de l’année » est aussi le début de l’automne, une saison où l’on engrange les fruits et où le Judaïsme nous invite à un voyage intérieur. Nous avons bien du mal aujourd’hui à accepter que des journées soient dites redoutables,

    Suite