Accueil > Documentation > Formations > Centres d’étude et de formation > Collège des Bernardins : Semaines de formation du Centre Chrétien d’Etudes Juives

Collège des Bernardins : Semaines de formation du Centre Chrétien d’Etudes Juives

Le Centre Chrétien d’Etudes Juives propose des sessions de formation au collège des Bernardins.
- du 3 au 7 Février 2020
- les 4 et 5 Mars
- les 12, 16 et 23 Mars 2020

- Programme et information
PROGRAMME DE LA SEMAINE DU CENTRE CHRETIEN D’ETUDES JUIVES (COLLEGE DES BERNARDINS-PARIS) : DES PERES ET UN PEUPLE
- Lundi 3 février 2020 de 9h30 à 17h30 : Les dix épreuves d’Abraham avec J. BENARROCH, Professeur, Agrégé de lettres, Docteur en philosophie.
Le Traité des pères affirme qu’Abraham a dû surmonter dix épreuves. La session permettra de comprendre leur signification, en partant de l’idée que se sont ces épreuves qui constituent les étapes de l’effort d’humanisation de tout homme, et que par elles, en les surmontant, Abraham mérita de représenter le premier père pour un peuple des enfants de Dieu.

- Mardi et mercredi 4 et 5 février 2020, 10h30-12h30 ; 14h30-17h30 : Figures de croyants dans l’Épître aux Hébreux avec P.E. MORIN, Docteur en théologie, Professeur d’Ecriture Sainte ( Collège des Bernardins- Paris) , Directeur des Cahiers Evangile.
La session proposera une présentation générale de l’Epître et s’arrêtera particulièrement sur le chapitre 11 qui célèbre la foi des grands personnages de l’Ancien Testament.
- Jeudi et vendredi 6 et 7 février 2020, 9h30-17h30 : Vers une théologie du « Peuple de Dieu » : Israël, les Nations, l’Église avec P. E. VETÖ (Chemin Neuf, Charis), Agrégé de philosophie, docteur en théologie, professeur à l’Université Grégorienne (Rome) et directeur du Centre Cardinal Bea pour les Etudes Juives (Rome) et P. M. RASTOUIN, sj, Docteur en théologie, Professeur à l’Université Grégorienne (Rome) et à la Faculté de théologie du Centre Sèvres (Paris).
Cette session se penchera sur le rôle (permanent) dans l’histoire du salut du peuple élu, Israël, et cherchera à penser théologiquement la juste articulation de ce « peuple de Dieu » avec les nations et avec l’Église.